Reprendre un camping : quel type d'acquisition est le plus adapté à votre projet ?

L’Achat d’un camping :

L’achat de camping est plébiscité par les personnes en reconversion professionnelle ou souhaitant se lancer dans un nouveau projet de vie. L’acquisition d’un camping permet de s’investir dans un projet à long terme et le faire évoluer progressivement. Lors du choix du camping, deux cas de figure se présentent : la reprise d’un camping avec des belles performances économiques ou la reprise d’un camping à relancer et à développer. 
Reprendre un camping performant est certainement une solution qui apporte plus de garanties sur la viabilité et la rentabilité du projet. Cela dit, à moins de saisir une belle opportunité, l’achat d’un camping performant demande généralement une mobilisation de fonds et d’apports financiers plus conséquente.
Pour réduire les coûts d’acquisition, il est donc possible de se positionner sur un camping avec des résultats moins intéressants. Cela permet de relancer l’établissement avec une nouvelle stratégie, une nouvelle vision ou encore un nouveau concept tout en sécurisant l’activité initiale avec un minimum d’infrastructures et un fichiers clients déjà constitué (ce qui n’est pas négligeable lors de la reprise d’un établissement touristique). Les coûts épargnés peuvent ainsi être affectés au réaménagement du camping repris (mise aux normes, travaux, nouveaux hébergements, activités ou autres prestations à développer, communication et marketing).


La location-gérance d’un camping :


La location-gérance est un accord entre le propriétaire du fonds de commerce et le nouvel exploitant. Ce contrat cède le droit d’exploitation à un nouveau gérant en contrepartie de redevances fixées dans le contrat. Si l’apport financier initial est moins important pour la location-gérance, cette forme de reprise de camping est plutôt dédiée aux profils expérimentés dans la gestion de projets touristiques (hôtellerie, hôtellerie de plein air...). 
Cela s’explique principalement par la corrélation entre la qualité de gestion du camping et la valeur de son fonds de commerce, les propriétaires ont besoin de savoir que leurs fonds de commerce sont entre les bonnes mains.
Il faut néanmoins savoir que cette solution ne permet pas au gérant d’être totalement indépendant et maître des lieux !
Retrouvez une sélection de campings à reprendre.


La gestion d’un camping municipal :


Cette pratique est de plus en plus répandue. La différence avec les campings privés réside dans la forme du contrat, ce dernier prenant le plus souvent la forme d’une Délégation de Service Public régie par le Code des Collectivités Territoriales.
Sur le fond, rien ne change, la commune cède l’exploitation du camping en contrepartie d’une redevance. La différence pour ce type de contrat est leur limitation dans le temps. Deux cas de figure existent :


• Un contrat de cession : le gérant est responsable des investissements et des travaux, la commune conclut donc un contrat de 18 à 20 ans afin de lui permettre d’amortir ses investissements. La commune réduit également le montant des redevances pour que cet investissement puisse être rentabilisé par le gérant sur le long terme.
• Contrat d’affermage : la commune se charge des travaux et la durée moyenne est donc de 10 ans. La redevance est dans ce cas plus élevée afin de permettre à la commune de couvrir les frais engagés. L’exploitant s’occupe, quant à lui, de la seule gestion de l’établissement.


Les avantages et inconvénients du rachat d’un camping privé :


Pour les porteurs de projets en reconversion, avec peu ou pas d’expériences préalables dans le secteur touristique, la reprise d’un camping existant s’avère moins risquée que la création d’un nouvel établissement. En effet, lors de la reprise, les nouveaux propriétaires bénéficient à la fois des infrastructures préalablement installées (piscine, mobil-homes, snack ou épicerie, salle de réception, aires de jeux, accueil, sanitaires, etc.) et d’un fonds de commerce (base de données clients). 
Ces éléments constituent une réelle valeur ajoutée pour les repreneurs, surtout que les investissements sont souvent lourds et coûteux dans le secteur de l’hôtellerie de plein-air (un apport personnel conséquent est nécessaire pour l’acquisition, afin de garantir la viabilité de l’établissement et de l’activité sur le long terme).  
Même si la reprise d’un camping privé est considérée comme étant moins risquée qu’une création, les repreneurs doivent néanmoins être conscient du degré d’implication que cela nécessite : charge de travail, disponibilité continue, formations et connaissances spécifiques à acquérir, motivation, polyvalence (il faut savoir tout faire, des petits travaux de plomberie ou d’électricité à la mise en place d’une politique commerciale et d’une stratégie marketing…), relation clients, etc.
Par ailleurs, dans l’optique de développer un projet viable et cohérent, il est essentiel pour le repreneur de réaliser plusieurs études et analyses en amont afin d’assurer une reprise pérenne. Pour cela, voici quelques conseils et questions indispensables auxquelles il est nécessaire de répondre avant de se lancer dans l’aventure de l’hôtellerie de plein-air :


• Tout d’abord, il est conseillé d’identifier les forces et faiblesses du camping que vous souhaitez acheter :


> Quelle est sa localisation ? (En bord de mer ou en campagne, à la montagne, dans une destination touristique attractive, bénéficie-t-il d’une bonne visibilité, etc.). 
Cette question vous permettra dans un premier temps de définir un concept adapté au territoire et à la typologie de clientèles que vous serez en mesure d’accueillir (voyageurs de passage, habitués, résidents, clientèle française, internationale, familiale, etc.).

> Le camping est-il situé en zone inondable ou y a-t-il des risques d’aléas climatiques (intempéries, zone sismique, vent, chutes d’arbres, etc.).

> Quelle est la concurrence directe ou indirecte de l’établissement ? Comment s’organise le marché de l’hôtellerie de plein-air sur le territoire d’implantation et à proximité du camping que vous souhaitez reprendre ? (d’autres campings ont-ils ouverts récemment, quel est leur taux de remplissage, leurs conditions tarifaires, leurs clientèles, quels sont les autres hébergements touristiques, etc.).
> Quelle est la qualité des infrastructures installées et des travaux de mise aux normes sont-ils à prévoir ?
> Quel est le management actuel du camping ? (salariés, saisonniers, gestion de couple, etc.).


• Ensuite, il est nécessaire de réaliser à minima une étude de marché ou une étude d’opportunité ainsi qu’un business plan. Ce dernier vous permettra notamment d’évaluer les conditions financières de reprise et de constituer un plan de financement à court, moyen et long terme. 

Ces documents faciliteront vos échanges avec les partenaires financiers pour l’obtention d’un prêt bancaire notamment et assureront la viabilité de votre projet. 

Vous souhaitez reprendre un camping ? Découvrez notre sélection d’opportunités et l’accompagnement gratuit, confidentiel et opérationnel que nous proposons.

 

Séléction de campings à reprendre :