Le tourisme culturel est aujourd’hui en pleine phase de mutation. La nouvelle tendance n’est plus seulement à la visite des musées ou du patrimoine bâti, mais bien à la découverte du patrimoine vivant. La notion d’expérience est au cœur de ce secteur. La visite ne se suffisant plus à elle-même, on voit l’émergence de projets hybrides et nouvelles générations où elle est couplée avec de l’hébergement, comme dans le cas des écolodges à la ferme par exemple. Le tourisme de découverte économique est de ce fait une filière en plein développement et en pleine structuration qui attire de plus en plus de touristes dans les destinations.

 

Plus connu sous le nom de tourisme industriel ou tourisme de savoir-faire, il consiste en la visite guidée d’une entreprise quel qu’en soit le domaine (site industriel, entreprise d’artisanat d’art, de cosmétique, agroalimentaire, usine textile etc.). Les visiteurs sont accompagnés soit par un employé de la société, soit par un guide prestataire externe tout au long d’un parcours permettant de découvrir les métiers, les processus de fabrication et les produits de l’entreprise. Initié en France en 1980 par les usines EDF, le tourisme de développement économique a attiré 15 millions de visiteurs en 2019 dont 21 % de visiteurs étrangers. Quand le made in France fait recette, à l’heure d’une montée de la volonté de consommer local et la demande de transparence dans les processus de fabrication de la part du consommateur, le tourisme de savoir-faire répond à une attente des clientèles touristiques. Exit le tourisme impersonnel ! De nos jours, la notion de partage est centrale. Cela ressort aussi dans l’évolution du choix de l’hébergement : vouloir se loger en chambres d’hôtes permet de se rapprocher et de vivre au même rythme que les habitants d’un territoire, privilégier la location d’un gîte donne la possibilité de se fondre parmi les locaux ou encore réserver des nuitées dans un hôtel intimiste au sein d’un bien de patrimoine (châteaux, manoir, belle demeure) aide à prolonger l’expérience. Ces nouvelles tendances, de plus en plus marquées, démontrent que la mise en avant de l’existence d’une offre de tourisme industriel ou de patrimoine devient un atout de séduction pour attirer les clientèles touristiques, les porteurs de projets et les investisseurs.

 

Capitaliser sur l’existant

Le tourisme de découverte économique a l’avantage de pouvoir se développer dans tous les types de territoires : urbains, mais aussi ruraux, voir en marge !

Chaque destination regorge de savoir-faire uniques qu’ils soient d’ordre industriel ou artisanal. La prise de conscience de la richesse de l’offre d’un territoire commence par un premier recensement exhaustif de celle-ci et la réflexion collective (partenaires institutionnels et privés) pour sa mise en tourisme. Par exemple la Communauté de Communes du Grand Châtellerault avait ciblé en 2019 des projets clés comme la Manufacture d’armes de Châtellerault ou l’ancienne coutellerie des Coindres à Naintré afin de tirer parti de ce patrimoine existant pour attirer des visiteurs. Le tourisme de savoir-faire dans des territoires comme la Bretagne est aujourd’hui intégré comme une filière à part entière, vectrice de développement touristique.

Deux exemples qui permettent d’appréhender le potentiel de développement que peut apporter l’identification de ce patrimoine existant. Il est pensable et réalisable d’allier un centre de ville d’une destination avec une offre de tourisme industriel et des hébergements de types auberges de jeunesses hybrides, propices à la rencontre entre habitants et touristes ou encore un territoire rural avec une offre de tourisme de savoir- faire et des propositions d’hébergements comme des éco domaines par exemple.

 

Une offre structurée devient structurante

Les destinations ayant structuré leur offre touristique, tant en matière d’hébergement que de loisirs, l’ont par la suite mise en avant par le biais de la communication. Par exemple, la Moselle met en avant les visites de sites industriels et promeut la route des Arts et du feu (parcours sur le territoire autours d’entreprises de céramique, de faïence, de verrerie et de cristal). L’image de territoire d’industrie qui aurait pu apparaître comme un frein au tourisme devient un marqueur différenciant permettant d’avoir une destination identifiable par la clientèle et se démarquer dans un secteur hyperconcurrentiel. Le tourisme de développement économique peut, de ce fait, devenir structurant pour un territoire. La région PACA, première destination de tourisme de savoir-faire, met en avant son artisanat (parfumerie, savonnerie, exploitation lavandière etc.) situé dans l’arrière-pays, afin de l’irriguer des flux touristiques captés par son littoral dans le but de réguler son tourisme et disperser les retombées économiques sur l’ensemble du territoire.

Le tourisme industriel et de savoir-faire est un outil de diversification de l’offre touristique d’une destination et met en place un cadre favorable à l’augmentation du nombre de nuitées et à la création ou la reprise d’hébergements pour les porteurs de projets. Il est important de corréler l’offre de loisir et l’offre d’hébergement, que ce soit en hôtellerie de plein-air, en hôtels ou en gites et chambres d’hôtes selon les caractéristiques du territoire afin de cibler les besoins des clientèles que l’on souhaite attirer dans sa destination. L’enjeu étant d’attirer des touristes et pas seulement des excursionnistes.

 

Investir dans un territoire avec une offre de tourisme industriel et de savoir-faire.

Les territoires proposant une offre de ce type sont majoritairement ruraux. Aujourd’hui, développer un projet au cœur de la campagne est un pari gagnant. En effet, la crise sanitaire ayant démarré en 2020 a mis en exergue la volonté des touristes de « se mettre au vert » lors de leurs séjours. Le changement de comportement de la clientèle a fait croître la demande pour les courts ou longs séjours sur le territoire français métropolitain. Le tourisme industriel et de savoir-faire fait partie inhérente du tourisme durable et responsable en remettant l’humain au centre de cette économie. La rencontre entre clientèle touristique et locale permet la promotion de savoir-faire uniques ou qui avaient une vocation à disparaitre. Investir dans une destination promouvant le tourisme de développement économique permet, en tant qu’investisseur, de porter un projet inscrit dans la durabilité, en s’ancrant dans le maillage économique local, en nouant des partenariats avec les pouvoirs publics et les entreprises et artisans du territoire. En tant qu’investisseur, s’appuyer sur de nouveaux concepts afin de créer des hébergements insolites composé d’écolodges ou acheter des gîtes ou chambres d’hôtes, afin d’y proposer des prestations axées sur le bien-être, le ressourcement, la détox numérique ou le retour à la nature permet de pouvoir accentuer son potentiel de développement.

 

FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT

Vous souhaitez entreprendre dans le tourisme, n’hésitez pas à vous former et à demander conseil auprès des offices de tourisme, agences départementales du tourisme ou comités régionaux du tourisme : ces structures sont d’excellents relais dans l’accompagnement d’un projet touristique et proposent une offre souvent méconnue d’outils (de formation, de promotion, de commercialisation, etc.)

Enfin, il est nécessaire de réaliser, a minima, une étude de marché ou une étude d’opportunité ainsi qu’un business plan. Ce dernier vous permettra notamment d’évaluer les conditions financières de reprise et de constituer un plan de financement à court, moyen et long terme.

Ces documents faciliteront vos échanges avec les partenaires financiers pour l’obtention d’un prêt bancaire notamment et assureront la viabilité de votre projet.

 

Vous souhaitez reprendre un gîte ou une chambre d’hôtes ? Découvrez notre sélection d’opportunités et l’accompagnement gratuit, confidentiel et opérationnel que nous proposons.